imprimer Impression PDF

    Mange tout le monde !

    Animation | 01/03/2016

    Les menus proposés ou suggérés par l’EPARC font régulièrement la part belle à des plats de toutes régions, de tous pays. Pour partir à la découverte de ces mets et mots de cuisine, d’ici et d'ailleurs, pour voyager avec eux et connaître leur histoire, l'EPARC et les Lyriades s'associent dans le cadre de la Semaine de la langue française, qui se déroule du 14 au 22 mars, pour la deuxième année consécutive.

    Voici donc quelques belles et succulentes histoires de mots de cuisine.

    Salade coleslaw

    Menu du mardi 22 mars : l’EPINARD, pour se mettre au vert

    Malgré ses qualités nutritives, l’épinard a un nom peu flatteur, comme les autres mots en –ard : chauffard, fêtard, etc. On aurait dû lui garder son appellation chinoise, « herbe de Perse », qui a de l’allure et renseigne sur son origine. Il vient en effet probablement d’Iran et son nom arabe-persan isfinādja a donné épinard. Il était peu estimé en France, jusqu’à l’arrivée de la cuisine italienne au 16e siècle qui lui fait une belle place. On en garde trace dans nos plats cuisinés dits « à la florentine ». Sa forte teneur en fer, popularisée par le personnage de BD américaine Popeye, serait une légende. Une erreur de virgule dans des résultats d’analyse aurait multiplié les chiffres par 10 ! Au jeu du portrait chinois, si Épinard était un animal, ce pourrait être une souris… verte, mais non, un auteur du moyen-âge a fait un choix plus « piquant » en baptisant ainsi…  un hérisson !

     

    Menu du mercredi 23 mars : ceux-ci sont ses SAUCISSONS

    Comme la baguette, le camembert et la bouteille de vin rouge, le saucisson fait partie de la panoplie gourmande des Français. On prétend d’ailleurs que les Gaulois l’auraient inventé, même s’il est plus probable que ce soient les Romains, qui maîtrisaient parfaitement les techniques de salaison, salsus signifiant salé en latin. Les historiens de la nourriture, eux, le font prudemment naître à l’époque… gallo-romaine. C’est au 16e siècle, chez les géants de Rabelais, qu’apparaît le mot français saulcisson,  directement emprunté à l’italien salsiccione, grosse saucisse. Le saucisson peut effectivement avoir quelques rondeurs comme la mortadelle et ses 20 cm de diamètre ou rester mince comme le doigt. Et s’il est désagréable d’être saucissonné dans ses vêtements, quel plaisir de saucissonner au grand air !